Traduire l’agronomie et la microfinance

Commentaires fermés sur Traduire l’agronomie et la microfinance Ecrit le 29 novembre 2011
Dossier : Flux de news Economie
Traduire l’agronomie et la microfinance

La microfinance, qu’est-ce que c’est ?

Adaptée à tous ceux qui n’ont que trop peu accès aux services bancaires formels, la microfinance est constituée autour de tout une série de possibilités nouvelles. Particulièrement mise en place pour les pays en voie de développement, généralement elle se développe en suivant les besoins sans cesse croisssants de nombreuses populations qui, privées de moyens classiques de financement, désirent quand même développer un projet, créer une entreprise ou, pour faire simple, fédérer toutes les énergies. De surcroît la microfinance permet d’être acteur de sa destinée, et de l’avenir d’une cellule familiale, d’un village voire de plusieurs. Le microcrédit, lui, ne constitue qu’une infime partie des options mises en place par les institutions de microfinance.

Les sytrèmes agraires

Née il y a un environ un siècle, l’agriculture comparée est une science qui étudie la question de tout ce qui constitue le cheminement de l’agriculture et ses diverses orientations prises en fonction des lieux, des traditions et des nécessités des populations. Ce type d’agriculture a donné naissance, en particulier, aux idées de diagnostic agraire et de systèmes agraires. La théorie des systèmes agraires stipule que la culture agraire n’est pas un élément isolé dans une partie du monde, mais que au contraire, chaque tendance est la continuité d’une autre et que tout cet ensemble évolue selon une cohérence en fonction de ses particularités régionales, géologiques, voire culturelles.

Traduire pour la microfinance et les systèmes agraires

Les deux domaines dont il est question ci-dessus sont bien connus de Bonnie Brusky, au même titre que l’agronomie. Elle s’est rendu compte que son expérience de bilingue franco-anglais et sa culture à la fois américaine et française sont un point positif pour aider les acteurs de la recherche dans le monde à mener à bien leurs missions, elle a choisi de se spécialiser en tant que traductrice pour des travaux de traduction français-anglais d’écrits au sujet aussi bien d’agronomie que de microfinance. Elle assure aujourd’hui ses compétences à tous les organismes privés et publics qui voient là une opportunité de faire connaître leurs travaux dans ces sujets, ou bien de les faire connaître aux dirigeants politiques, qui représentent une documentation pour orienter leurs politiques.

ad