Qui sont les principaux clients des sociétés de lobbying ?

Commentaires fermés sur Qui sont les principaux clients des sociétés de lobbying ? Ecrit le 20 septembre 2012
Dossier : Flux de news Société
Qui sont les principaux clients des sociétés de lobbying ?

Les clients intéressés par un gain d’influence sont nombreux, pour augmenter leur poids dans un paysage commercial ou socioéconomique et intéresser les pouvoirs publics. Ceux-ci s’adressent alors à des lobbyistes qui grâce à leurs relations et à leur stratégie vont permettre de répondre aux besoins de chaque catégorie de clientèle.

Les entreprises et les organisations professionnelles

Ce mode de fonctionnement représente un atout conséquent pour les entreprises notamment selon le secteur concerné. En effet, un grand nombre peuvent faire partie d’un projet grâce à l’action de lobbying. C’est le cas des nouvelles technologies mais aussi des énergies renouvelables et de la protection de l’environnement ainsi que de secteurs plus classiques.

Les institutions professionnelles sont également des acteurs importants dans le paysage politique français et européen de même que des organisations du secteur public qui souhaitent faire entendre leurs doléances et défendre leurs intérêts auprès des responsables concernés. Elles regroupent des domaines industriels importants ou constituent des prestataires de services.

Des organisations spécialisées du secteur public telles que des organismes, des collectivités, des groupements d’employés peuvent également mettre leurs intérêts entre les mains de ces professionnels. En effet, cette démarche permet d’avoir l’assurance que son point de vue sera pris en considération car une synthèse sera exposée clairement.

Les associations et les ONG

Les ONG et les associations sont souvent partenaires d’un cabinet de lobbying car ce dernier leur permet d’imposer leur position et de faire prendre conscience aux politiques des nécessités de trouver des solutions aux problèmes montrés. Il peut s’agir de développement durable, d’environnement ou encore de la pauvreté.

Tout comme les associations, ces organisations se méfient du processus démocratique et se dotent donc d’un allié de poids qui viendra défendre leurs opinions. Néanmoins, les liaisons entre les deux parties diffèrent de celles entretenues par les clients précédents car il ne s’agit pas d’intérêt personnel et d’essor économique mais bien de défendre un intérêt général.

Ainsi, les actions du lobbyiste se retrouvent davantage sous forme de plaidoyers en faveur de la lutte contre l’exclusion, la défense des droits de l’homme. Le professionnel informe les politiciens et insiste sur l’extrême nécessité d’agir dans ces domaines.

Certaines ONG choisissent le mode d’alter-lobbying qui s’opère en deux phases à savoir en premier lieu convaincre l’opinion publique et les médias du bien-fondé de ses requêtes puis les transmettre à la société correspondante qui les fera valoir auprès des commissions ou pouvoirs publics concernés.

ad